Histoires de coéquipiers : Gustavo Menezes vu par Nicolas Lapierre

Alpine WEC America interview Nicolas Lapierre

Grâce à ses performances dans le Championnat du Monde d'Endurance FIA (WEC), Gustavo Menezes, à tout juste 21 ans, s'est déjà attiré de nombreux admirateurs. Parmi eux, Nicolas Lapierre, son coéquipier chez Signatech Alpine.

Lorsque Nicolas Lapierre remporte au Grand Prix de Macao 2003 la victoire qui lance sa carrière de pilote, Gustavo Menezes a neuf ans. Mais pour sa première saison en LMP2, ce dernier fait preuve d'une maturité pour le moins précoce, avec une contribution non négligeable aux trois victoires consécutives de Signatech Alpine à Spa-Francorchamps, au Mans et au Nürburgring.

Avec aussi Stéphane Richelmi, qui dispute lui aussi à 26 ans sa première saison en WEC, Nicolas Lapierre a naturellement endossé le rôle de leader de l'équipage et a été impressionné par la volonté de ses jeunes coéquipiers d'apprendre à ses côtés.

"Lorsque j'ai signé en début de saison, j'ai discuté avec Philippe Sinault (Team Principal de Signatech Alpine, ndlr) à propos de mon coéquipier. Il a dit 'voici le choix que nous avons fait' et j'ai répondu Gustavo," raconte le pilote français.

"Gustavo est très à l'écoute et il progresse très vite. Il était rapide en début de saison, mais il apprend de plus en plus sur la manière de ménager les pneus et le carburant.

"Il n'a que 21 ans, c'est vraiment un gamin, et il continue à s'améliorer, alors que ce qu'il a déjà réussi est vraiment impressionnant."

A ce stade de la mi-saison WEC 2016, Nicolas Lapierre est ravi de la manière dont l'équipe s'est cimentée. Il se dit très optimiste à la perspective de poursuivre sur cette lancée à partir des AT&T 6 Heures de COTA.

"L'esprit de l'endurance, c'est de savoir partager la voiture et d'être content si son coéquipier est rapide," poursuit le Français.

"On trouve cet état d'esprit chez très peu de pilotes, particulièrement lorsqu'on vient de la monoplace, où on veut toujours battre son équipier. Mais Gustavo et Steph sont dans cette dynamique, et je pense que c'est l'une des clés de nos victoires cette année.

"Quand j'ai signé pour ce projet, je savais que nous avions une chance de nous battre pour le titre et pour la gagne au Mans. Mais trois victoires d'affilée, c'est un rêve.

"Il nous faut encore améliorer notre rythme en qualifications, car jusqu'à maintenant nous ne sommes pas parvenus à aller chercher G-Drive Racing. Mais en définitive, les qualifications ne sont pas si importantes que cela dans ce type de course, alors nous n'allons pas nous y consacrer plus que nécessaire. Nous avons tous les atouts en mains, il nous suffit juste de faire en sorte de gagner."

Article de FIAWEC