Signatech-Alpine étudie une autre participation en parallèle au FIA WEC en 2016

Alpine A450 2 championnats en 2016 min

Après deux titres en European Le Mans Series, Signatech-Alpine n’avait plus rien à prouver sur la scène européenne. Philippe Sinault a donc travaillé d’arrache pied avec ses partenaires pour mettre sur pied un programme en Championnat du Monde d’Endurance de la FIA. La « bonne vieille » Alpine A450b est une nouvelle fois réquisitionnée avec un début de saison pour le moins compliquée. Depuis Silverstone, Nelson Panciatici, Paul-Loup Chatin et Vincent Capillaire ont pourtant tout donné mais la malchance n’a guère épargné l’équipage de la #36. Il aura fallu attendre des terrains inconnus pour se refaire une santé. La course en Amérique a permis de montrer de belles choses, Fuji a donné un podium et Shanghai une victoire.

Pour les deux dernières manches du FIA WEC, Vincent Capillaire cède sa place à Tom Dillmann, mais Philippe Sinault tient à préciser les choses une fois les célébrations du podium terminées : « Tom a donné entière satisfaction pour ses débuts en LM P2. Son intégration au sein du team s’est parfaitement déroulée. Nelson et Paul-Loup ont passé beaucoup de temps à ses côtés pour lui expliquer les différentes procédures des manches FIA WEC. Si Vincent avait été à nos côtés, on gagnait de la même façon. »

La victoire de Signatech-Alpine en Chine s’est construite au fil de la course avec un premier relais dans la douleur pour Nelson Panciatici : « Nelson est parti en intermédiaires sans commettre la moindre faute. Comme tous les concurrents, nous n’avions aucune connaissance de la piste sur le mouillé. Il a fallu réajuster les pressions des pneumatiques pour Paul-Loup. La piste n’était pas facile mais il a su garder son sang froid en ramenant l’auto en bon état. »

« On s’est un peu loupé sur les pressions au départ » nous confie un Nelson Panciatici ravi de son premier succès en FIA WEC. « Je devais me contenter de ramener l’auto sans sortir de la piste et sans perdre trop de temps. Le premier relais a été compliqué compte tenu de la visibilité. On montre qu’une ancienne LM P2 a encore de beaux restes et qu’elle peut s’imposer. On souffre légèrement en performance mais l’équipe nous prépare une auto capable de jouer les premiers rôles. Avec cette victoire, nous avons une pensée pour Vincent qui était avec nous depuis le début de l’aventure en FIA WEC. »

Le transfert ELMS/FIA WEC montre si besoin en était le niveau des équipes européennes, comme le souligne Nelson : « Les deux championnats ont un niveau très relevé. Plusieurs équipes roulant en Europe ont prouvé qu’elles avaient de quoi briller en FIA WEC. On découvre certains circuits sachant que boucler deux relais avec les mêmes gommes est nouveau pour nous. On espère maintenant que ce premier succès va en appeler d’autres. »

La satisfaction était la même chez Paul-Loup Chatin, tout juste descendu de la plus haute marche du podium : « On pensait être arrivé au bout de l’auto. L’équipe a apporté quelques modifications qui sont allées dans le bon sens. On dégradait trop les pneus. Nous avons accumulé pas mal de malchance et cette victoire est le fruit de tout le travail fourni par le team qui me fait entièrement confiance. La course n’a pas été facile vu les conditions. Cependant, j’ai pris le pari de demander à l’équipe de me laisser en pneus « inter », et finalement c’était le bon choix. »

Tom Dillmann retient des débuts positifs : « J’ai fait mes premiers tours de roue en prototype avec l’Alpine A450b le vendredi. Nous savions que nous pouvions être compétitifs sur ce circuit, mais les conditions n’étaient pas faciles. Toute l’équipe a fait un super travail et je pense que nous avons été très proches de la course parfaite. Nous avons attendu au maximum afin que je puisse commencer mon relais avec des pneus slicks. J’ai rapidement pris mes marques et l’équipe m’a bien informé pour que je puisse gérer l’avance que nous avions. Je suis heureux de terminer sur la plus haute marche du podium, même si je ne réalise pas encore que je viens de gagner dès ma première course en FIA WEC ! »

Décidément, le continent asiatique semble plaire à Signatech-Alpine et il reste la manche de Bahrain pour tenter la passe de deux. « On compte deux podiums en Asie » sourit Philippe Sinault. « C’est peut-être un signe pour l’avenir. Plus sérieusement, disputer un second championnat en 2016 fait partie des réflexions. On travaille en priorité sur le FIA WEC, l’idée étant de passer à une nouvelle auto qui portera le nom d’Alpine. En parallèle, l’Asian Le Mans Series est un sujet de réflexion pour poursuivre la carrière de l’Alpine A450b. La plate-forme a du sens pour Alpine. On devrait en savoir plus d’ici la fin novembre. » Philippe Sinault n’exclue toutefois pas un retour en ELMS avec l’A450b. Si la piste Asian Le Mans Series devait être privilégiée, voir des pilotes locaux avec un ou deux titulaires est dans les tuyaux.

Il ne serait pas étonnant de retrouver à nouveau Nelson Panciatici et Paul-Loup Chatin chez Signatech-Alpine en 2016. Dommage d’ailleurs qu’aucun des deux n’ait été retenu pour le Rookie Test LM P1. Les deux pilotes français ont su réorienter leur carrière au bon moment en passant de la monoplace à l’endurance. Les deux auraient eu une place de choix dans ce test récompensant des pilotes brillants…

 

Article d'Endurance-Info