Podiums A470 WEC 2019-2020

Thomas Laurent : "Il y a forcément de la déception"

Le Sablais Thomas Laurent était engagé avec Signatech-Alpine sur les 8 Heures de Bahreïn, le week-end dernier. Avec un objectif : retrouver le podium en LMP2. Il a échoué à la cinquième place, handicapé par une sortie de route en qualifications.
La cinquième place, après la sortie de route de votre équipier Pierre Rague en qualifications, vous déçoit-elle ?

A470 Alpine Signatech WEC 2019 2020 bahrain Thomas Laurent

Il y a forcément de la déception. Une cinquième place, ce n’est pas ce que l’on souhaite en venant sur une course. Après, c’est vrai qu’on partait loin sur la grille. Sur une course d’endurance, ça ne change pas grand-chose mais on avait le désavantage d’avoir un set de pneus en moins. Ce n’est pas facile à gérer. L’ingénieur a calculé, on perd à peu près de 40 secondes à cause de ça… Niveau stratégie, on était limité aussi. On ne pouvait pas rentrer à n’importe quel moment, il fallait qu’on joue sur la durée des pneus… Mais du côté du pilotage, c’était vraiment l’un des meilleurs week-ends pour nous. La voiture était vraiment intéressante à conduire. J’ai pris beaucoup de plaisir.

Vous êtes à 16 points du leader (Jacquie Chan DC Racing n°37). Tout reste possible ?

Il ne faut pas baisser les bras, il n’y a pas de raison. On a quand même fait deuxièmes de la première course (4 Heures de Silverstone), le potentiel est là. On mise énormément sur Le Mans. C’est une course très longue où Alpine fait toujours des très, très bons résultats. On sait que ça va être compliqué d’aller chercher la gagne au championnat mais je pense que, d’un point de vue de la longévité, on peut faire un podium.

Un dernier mot sur le rookie-test avec Toyota ?

Ça me faisait super plaisir de revenir dans la voiture, de retrouver l’équipe. Je me sens de plus en plus à l’aise dans le Team, de mieux en mieux accueilli. C’est vraiment cool. J’ai retrouvé des très bonnes sensations. En plus, comme c’était des tests, ils avaient mis le power. On n’avait pas la restriction du règlement. C’était vraiment super sympa à rouler. Je me suis vraiment éclaté. Les chronos étaient très, très bons. Le rythme sur les relais, aussi. Ça confirme, j’espère, mon statut de pilote de réserve chez Toyota. Après, j’ai parlé avec le patron, je devrais avoir des nouvelles sur mon statut de l’an prochain dans un ou deux mois. À voir si je suis titulaire ou que je reste pilote de réserve. J’ai bon espoir et j’espère vraiment être pilote titulaire l’an prochain…

Sources: Ouest France.