Alpine A470 Pierre Thiriet pilote

Nouvelle saison, et nouvelles couleurs pour Pierre Thiriet. En rejoignant Signatech-Alpine, le pilote romarimontain va entamer sa seconde campagne en Championnat du Monde d’Endurance de la FIA. Habitué des 24 Heures du Mans, qu’il a terminées à la 2e place de la catégorie LMP2 à deux reprises, Pierre a répondu à nos questions et fait un état des lieux à l’aube de la saison qui s’annonce.

La rentrée des classes a eu lieu début avril pour les participants du FIA WEC, lors du Prologue tenu au Circuit Paul Ricard. Pierre Thiriet se déclare “très satisfait du travail fourni” sur ces deux jours d’essais : “Nous avons pu valider énormément de choses, tant au niveau mécanique sur la voiture qu’en terme de fonctionnement global, positionnement pilote, etc. De plus, ces essais m’ont permis de continuer à m’intégrer dans l’équipe.”

Après une campagne chez G-Drive compliquée en 2017, il portera en effet de nouvelles couleurs cette saison, celles de Signatech-Alpine : L’acclimatation s’est très bien déroulée, toute l’équipe Signatech s’est montrée très accueillante et motivée dès notre première rencontre à Bourges courant du mois de Février. Je me suis très vite senti parfaitement intégré à l’équipe.”

La grille du FIA WEC a connu quelques transformations durant l’intersaison : ainsi, si le plateau LMP2 s’est quelque peu réduit par rapport à la saison passée, le nombre d’engagés est reparti à la hausse. Je suis un petit peu déçu par la diminution du nombre d’engagés dans la catégorie LMP2 en WEC”, déclare Pierre. “Cependant, le niveau reste très élevé, d’autant plus qu’aux 24 Heures du Mans, le plateau sera impressionnant tant du point de vue quantitatif que qualitatif, avec la présence de P2 engagés en ELMS en plus de ceux du WEC. C’est certainement un des plus beaux plateau LMP2 de ces dernières années.”

Signatech-Alpine a également disputé les 4 Heures du Castellet le week-end dernier, 5e place à la clé. A la question de la possibilité pour certaines équipes engagées en WEC de prendre part à l’intégralité de la campagne ELMS en complément, Pierre Thiriet répond par l’affirmative : Les équipes ont besoin de rouler pour amortir les différents investissements et engranger de l’expérience. De notre côté, l’idée était d’en prendre pour préparer au mieux le WEC et particulièrement les 24 Heures du Mans. Sans cela, nous n’aurions eu que les 6 Heures de Spa-Francorchamps pour nous préparer à la plus grosse course de la saison …”

Après quelques années creuses, le LMP1 retrouve un certain engouement de la part des privés. Le pilote passé par TDS Racing et G-Drive Racing estime toutefois que cela ne devrait pas porter préjudice à la catégorie LMP2 en WEC dans l’immédiat : “Je trouve que malgré le passage de certaines équipes LMP2 au LMP1, le niveau est plus relevé que jamais. De plus, le LMP2 possède de sérieux avantages que la catégorie LMP1 n’a pas. Mon rêve serait de voir un jour une catégorie unique se situant en quelque sorte entre les deux, un peu à la manière de ce que font les américains [la catégorie Prototype en IMSA WTSC, ndlr].”

L’emploi du temps de Pierre Thiriet est particulièrement chargé, puisqu’en parallèle de sa carrière sportive, celui-ci gère également l’entreprise familiale, spécialisée dans la production et la vente de produits surgelés. Concilier ces deux activités n’est pas chose aisée : “Ce n’est pas simple, et c’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles j’ai choisi le FIA WEC cette année car les courses sont beaucoup plus espacées. Ma priorité reste clairement ma vie professionnelle, mais pour le moment j’arrive à me dégager le temps nécessaire pour maintenir ma forme physique en courant le soir. Les courses, je les planifie comme si je partais en vacances … sauf que je n’ai pas le choix des dates !”

Il conclut en nous annonçant ses objectifs pour la saison à venir : “Donner le maximum de moi-même et me faire plaisir.”

Article FW