Podiums A470 WEC 2019-2020

Le Français Nicolas Lapierre repart pour une nouvelle saison avec Alpine. Lui et son écurie, qui avaient tout raflé en 2016, ont connu une saison plus compliquée en 2017. A l'aube de la Super Saison, et à deux mois des 24 Heures du Mans, il se montre confiant.

Alpine A470 Nicolas Lapierre motive 

Passé chez Toyota, l'an dernier, pour les 24 Heures du Mans, Nicolas Lapierre revient chez Alpine pour une saison complète. Ecurie avec qui il compte bien retrouver le chemin de la victoire en LM P2, en Sarthe, et le titre mondial, comme en 2016. Le Français semble en pleine forme, avec une victoire à Sebring, en mars, avec Nismo, et un triple programme, entre l'IMSA, aux États-Unis, le WEC et l'ELMS.

Comment s’est passée l’intersaison ? Pas trop long d’attendre le lancement du WEC ?

« Finalement, ça a été très court. Dès le 2 janvier j’étais au volant, pour préparer Daytona (avec Nismo NDLR), donc on n’a pas trop attendu. Pour Alpine, depuis le mois de mars, on roule. C’est vrai que la Super Saison démarre un peu plus tard que d’habitude, mais avec l’IMSA et l’ELMS, j’étais bien occupé.»

D’autant que le début de saison a bien fonctionné pour vous, avec une victoire à Sebring.

« Daytona, c’était difficile, mais à Sebring, on a roulé, dominé la course. C’est une course sympa à remporter, ce n’est jamais facile d’y gagner, donc c’est un bon début de saison.»

Gagner en Floride, était-ce une bonne répétition avant l’étape du WEC, l’an prochain ?

« C’est sûr que le WEC, ça va être magnifique là-bas. C’est un circuit qui a vraiment du caractère, c’est incomparable avec ce que l’on a ici en Europe. C’est différent, particulier. L’ambiance également. Autour du circuit, c’est une atmosphère qui peut faire penser au Mans. Ça va être vraiment chouette.»

Alpine A470 Paul Ricard Nicolas Lapierre

Cette Super Saison, sur un an et demi, comment l’appréhendez-vous ?

« En nombre de course, ce n’est pas forcément supérieur à ce que l’on a connu jusqu’ici. Le fait qu’il y ait deux fois Le Mans, déjà ça rend cette saison particulière. Mieux, le fait de finir la saison au Mans, ça change beaucoup de choses, c’est peut-être là que le championnat va se jouer, je trouve ça intéressant. Peut-être que l’on aura des gens qui vont assurer le WEC, ou vouloir gagner Le Mans. Côté calendrier, c’est assez espacé. Il faudra réussir à garder la bonne dynamique tout au long de la saison ne pas perdre le rythme.»

Alpine fait partie des favoris. Cela change-t-il l’approche de l’équipe ?

« L’équipe fait partie des leaders de l’Endurance, des références en WEC. Ça met une certaine pression, dans un sens. L’an dernier, on a connu des hauts et des bas, il va falloir faire en sorte de ne plus connaître ces passages à vide, et faire une saison plus complète. Je pense qu’on a réuni les bons éléments pour le faire. L’arrivée de Pierre Thiriet est un gros plus, il connaît les circuits, se sent bien dans l’équipe, et on va travailler avec André Negrao sur la continuité.»

Avec Spa début mai, le WEC ne va compter qu’une course avant Le Mans. Une seule course, pour préparer les 24 Heures, n’est-ce pas un peu court ?

« La bonne idée, c’est que l’équipe a participé à la première course de l’ELMS. Avec la super saison, il n’y a qu’une course pour préparer Le Mans, donc ça ne permet pas à l’équipe de réagir si quelque chose ne va pas, dans la stratégie, les pit-stops. Donc une course en plus permet de se mettre dans le rythme avant Spa.»

Alpine A470 Paul Ricard 02

Les nouveaux ravitaillements, où l’on peut changer les pneus en même temps que le ravitaillement d’essence, rentrent en vigueur à Spa. Cela va-t-il beaucoup changer les stratégies ?

« Pour nous non, car le plein d’essence prend plus de temps. Donc en tant qu'équipiers, lors des changements de pilotes, cela ne va pas faire une grosse différence. En revanche, pour la stratégie, car le changement de pneu, maintenant, est gratuit. En termes de stratégie, ça va beaucoup évoluer, même si le nombre de pneus reste le même. C’est certain, on va avoir plus de changements de pneus, comme inverser les trains, les passer d’un côté à l’autre.»

Article OF.