Plombé par des gommes Michelin inefficaces à Silverstone, le proto berruyer a opté pour Dunlop, afin de retrouver de la performance. Verdict dimanche en Italie.

« Il fallait trancher ! Nous sommes champions d'Europe LMP2 en titre. Nous avons un titre à défendre, sous les couleurs d'Alpine, avec le prestige et l'exigence que ça implique. Nous nous devons d'être compétitifs, et performants. »

En quelques phrases, Philippe Sinault a tout dit. Voici près d'un mois, pour la reprise du championnat ELMS à Silverstone, sa Signatech-Alpine n'a pas pu entamer à fond la défense de sa couronne. La faute à des pneus Michelin totalement hors du coup, comme les essais de présaison l'avaient laissé craindre (BR du 22 avril).

Séparation
à l'amiable

Du coup, après avoir longuement discuté avec le manufacturier clermontois - par ailleurs l'un des partenaires principaux de l'écurie Signatech-Alpine… -, le team berruyer, à l'amiable et avec l'appui d'Alpine, a décidé de continuer la saison avec des gommes Dunlop.

« Ce n'est pas comme si on repartait d'une feuille blanche, tempère Philippe Sinault. On a déjà roulé en Dunlop au plus haut niveau en endurance en 2010, 2011 et 2012, et avec des résultats. À Silverstone, mes pilotes étaient relégués à deux secondes au tour par manque de grip (d'adhérence NDLR), dans toutes les conditions de piste. On n'a donc jamais pu lutter à armes égales avec nos rivaux. »

« Notre saison démarre vraiment
à Imola »

Signatech-Alpine a sauvé les meubles, vaille que vaille, en assurant la cinquième place de cette ouverture de saison ô combien frustrante. Mais au-delà de cette mésaventure, il fallait reprendre la main… à un mois des 24 Heures du Mans (essais officiels le 9 juin, course les 14 et 15 juin NDLR).

« Il faut bien comprendre que le championnat ELMS est très ramassé, plaide Philippe Sinault. La saison ne comporte que six courses, plus que cinq à présent. Notre championnat ne démarrera vraiment que dimanche, à Imola. Mais, désormais, nous n'avons plus une minute à perdre si nous voulons être dans le coup au Mans… ce qui est tout simplement crucial pour nous. »

Les Dunlop se sont montrés performants à Silverstone. En les chaussant, à la satisfaction générale de ses pilotes, Philippe Sinault estime que l'Alpine peut gagner illico « une seconde pleine au tour ». Aux personnels Signatech-Alpine de se démener pour gagner l'autre…

 

« Il y aura 39 voitures sur la grille à Imola, donc énormément de trafic et une course bizarre en perspective, sur un circuit tout en accélérations violentes et en gros freinages, appréhende le boss. Il y faut beaucoup d'appui aérodynamique, nos pilotes ne seront pas à la fête. D'un autre côté, c'est à Imola qu'on a fait notre premier podium l'an dernier, on avait fini deuxièmes… Là, même si on a pris des points à Silverstone, c'était disons un coup pour rien. Immédiatement après, on a réagi en compétiteurs, en champions en titre. C'est à partir de ce week-end qu'il faudra tout donner ! »

Article du berry.fr